Vos services

Vos services > Actualités > Gare de La Roche

Gare de La Roche

Avec 375 000 voyageurs par an (2015), la gare de La Roche‑sur‑Foron est un équipement stratégique en terme de mobilité pour la Haute‑Savoie. L’arrivée du Léman‑Express, futur RER transfrontalier, 
en 2019 va multiplier par presque 2 la fréquentation de la gare (2580 montées/descentes sans correspondance par jour ouvrable et 3640 montées/descentes en correspondance par jour ouvrable).

La CCPR est, depuis mai 2017, pleinement compétente pour assurer la maîtrise d’ouvrage pour les futurs travaux et la coordination des acteurs. Les élus du Pays Rochois ont adopté en novembre 2016, les nouveaux statuts de la collectivité, intégrant donc la compétence « étude, création et gestion des pôles d’échanges multimodaux d’intérêt communautaire ».

Un objectif ambitieux

L’objectif du projet est l’aménagement d’un véritable pôle d’échanges multimodaux en facilitant les transports doux et en développant les services aux usagers.

Pour atteindre cet objectif, des discussions ont démarré entre la CCPR et les nombreux acteurs intervenants sur le projet : la SNCF, la Région Auvergne‑Rhône‑Alpes, les communes d’Éteaux et de La Roche‑sur‑Foron, le Conseil départemental, Proxim’iTi

La première phase du projet estimée à 310 000 € va pouvoir démarrer à l’automne 2017. La réalisation des 3 phases nécéssite un investissement financier de 4,1 millions d’euros. La CCPR ne possède pas seule les moyens financiers pour la réalisation du projet. L’attribution de subventions (Région, autres) conditionnera donc l’envergure du chantier, de même que les disponibilités foncières aux alentours.

1ère phase (2017-2018) : + de stationnements

La première partie du chantier qui démarrera début novembre 2017, vise à détruire le bâtiment dit de « la petite vitesse » pour agrandir le parking et proposer davantage de stationnements pour les usagers de la gare.

 

Ce bâtiment est un hangar abandonné employé autrefois en halles de marchandises, pour le transit entre la décharge ferroviaire et le relai routier. L’activité ferroviaire est présente à la Roche depuis au moins 1882. Le bâtiment de la petite vitesse existait déjà en 1912.

 

 

 

 

 

Ce sont donc 66 places nouvelles qui seront créées dans un premier temps, et 41 places dans une seconde tranche soit au final 174 places. L’ambition étant de les réserver aux usagers de la gare. Le coût des travaux pour cette 1ère phase est estimé à 310 000 €.

2e phase (2018-2020) : gare routière

À l’heure actuelle, les bus transitant par la gare rencontrent des difficultés : seuls 2 véhicules peuvent stationner en même temps. La 2e phase du projet prévoit donc un aménagement de la gare routière pour améliorer la circulation des bus.

3e phase (dès 2020) : 
gare biface

Le pôle d’échanges multimodaux devra apporter tous les services complémentaires aux voyageurs : mobilité douce, services aux voyageurs… Une amélioration de l’accessibilité de la gare pour les usagers se déplaçant en modes doux, à destination ou au départ de quartiers situés à l’ouest de la gare (rue du Mont‑Blanc, chef-lieu d’Éteaux, ENILV), est nécessaire. Les élus souhaitent donc la création d’une gare biface, c’est‑à‑dire, construire un double accès avenue de la Gare/Rue Pierre Curie. Les discussions avec la SNCF, propriétaire des terrains concernés, sont en cours.